mardi, septembre 18, 2018

Présence noire en France


Ne cherchez pas dans les livres d’histoire. Il n’est pas mentionné. Pourtant, quand il convole en justes noces en France, l’esclave Raymond de Campagne crée Evènement. C’est un "homme éthiopien qui avait telle figure et couleur comme ont les Ethiopiens que l’on nomme autrement Mores", dit-on de lui à l’époque. Raymond de Campagne est noir et sa promise blanche. Elle s’appelle Philippa de Catane. Elle est lavandière. Mais qu’importe leur différence, ils s’aiment et ils veulent s’unir pour la vie. C’est une première, la première fois qu’un tel couple mixte se forme dans ce pays. Le mariage est célébré. Nous sommes en 1345.

Ne cherchez pas dans les livres d’histoire. Il n’est pas mentionné non plus. Pourtant, quand il est capturé en mer et emmené en France, "le nègre Antoine de Neyn" fait sensation. Pensez donc ! Un homme à la peau noire, c’est rare à la Cour. Il est conduit au chevet du roi qui est souffrant. Antoine de Neyn est, dit-on, "détenteur de quelque remède secret propre à guérir le mal dont Louis XI se croyait atteint". Une relation de confiance s’établit entre les deux hommes. Le monarque apprécie tellement son hôte qu’il le gratifie de 32 livres et d’autres bienfaits. Nous sommes en 1479.

Ne cherchez pas dans les livres d’histoire. Elle n’est pas plus mentionnée que les deux précédents. Pourtant, quand elle appelle les religieuses de son couvent à prier pour la France, Dorothée est écoutée. Chez les Ursulines d’Orléans, cette "négresse au sang bleu" vit recluse, comme sa sœur, aussi noire qu’elle, la Mauresse de Moret, que leur père, le roi Louis XIV, a placée et fait prendre le voile également dans un monastère plus loin. L’une et l’autre font l’objet d’une attention extraordinaire. Le roi, la reine, les princes se déplacent jusqu’à Moret pour voir la Mauresse. Louis XIV fait venir Dorothée à Paris, escortée par un de ses meilleurs officiers. Nous sommes en 1700.

Raymond de Campagne en 1345, Antoine de Neyn en 1479, la Mauresse et Dorothée en 1700 sont, parmi des milliers d’autres, quelques-unes des figures noires de la France d’hier. Heureux ou malheureux, ils étaient là, dans ce pays devenu leur pays, avant l’arrivée de certains Français qui prétendent pourtant aujourd’hui être "de souche".

Faut-il rappeler par exemple que la Savoie et Nice ne sont devenues françaises qu’en… 1860, bien après la Martinique et la Guadeloupe ??

Aujourd’hui plus que jamais, beaucoup gagneraient à se replonger dans le passé pour apprendre l’histoire de France et connaitre réellement l’origine de sa diversité. Peut-être qu’après, ce sera plus facile de se parler à l'oreille les uns des autres et surtout de se comprendre dans ce pays.

Serge Bilé

jeudi, mai 31, 2018

Quand la guerre des mémoires éradique l'Histoire


"Monsieur, voici la position du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage que je préside sur la question de Colbert."


Nous sommes concernés par les prises de position récentes autour de la demande de débaptiser les lieux publics du nom de Colbert, à partir d'un argumentaire qui met l'accent sur le fait que le nom de Colbert est lié à deux piliers du système esclavagiste colonial de l'Ancien Régime, le Code noir. Pour la théorie, et les Compagnies de commerce pour la pratique. Cette demande est portée, notamment, dans une pétition dont les initiateurs principaux sont Louis-Georges Tin, du CRAN, et Louis-Sala Molins.

Nous ne sommes pas favorables à cette demande, sur le fond et sur la forme.

Des faits discutables.

Relevons quelques erreurs et incohérences dans l'argumentaire. L'Edit sur la police des esclaves, ultérieurement vulgarisé sous le nom de Code Noir, qui porte le nom de Colbert, date de mars 1685. Or, Jean-Baptiste Colbert, celui qui est célébré au fronton des bâtiments publics, est mort deux ans plus tôt, en 1683. Le Colbert de l'Edit est son fils, Colbert de Seignelay.

En revanche, Jean-Baptiste Colbert est bien celui qui a restructuré la Compagnie des Indes, en regroupant toutes les compagnies antérieures en deux secteurs géographiques, Orient et Occident.

Réformateur, et non fondateur, puisque toutes les compagnies pratiquant le commerce colonial, et notamment la traite des esclaves, existaient bien avant qu'il n'occupe le ministère du Commerce.

Enfin, il est surprenant de s'offusquer de la contradiction entre le nom de Colbert et la devise républicaine « Liberté, Egalité, Fraternité », puisqu'il existe un décalage de plus d'un siècle entre les deux. La Révolution française, en célébrant Vauban, Turenne, ou Jean Bart, grands serviteurs de la monarchie, n'a pas manifesté une telle passion éradicatrice.

Il faut être attentifs aux contextes croisés.

Il faut élargir le propos. Le problème réside dans la confrontation entre deux mises en contexte. Si la tâche primordiale de l'historien est la contextualisation, celle-ci présente une double dimension, savoir replacer un acteur dans son époque, et tenir compte de la demande actuelle de fractions de nos concitoyens qui s'estiment légitimement victimes d'une action entreprise dans un passé révolu. En l'occurrence, reconnaître chez Colbert à la fois la volonté de rationaliser un mode de production esclavagiste qui n'était guère contesté à son époque, et le souci du service public ; et admettre que les esclaves et leurs descendants sont les victimes d'un crime contre l'humanité, pour lequel l'Etat monarchique porte une lourde part de responsabilité.

Oublier ou déformer le passé conduit à une impasse tragique.

La façon de régler un problème d'éducation et d'intégration est-il d'effacer les traces laissées par l'Histoire dans notre patrimoine commun ? Nous répondons par la négative. L'abbé Grégoire en son temps, franc républicain et ami des Noirs, avait fermement condamné le vandalisme qui consiste à détruire les traces symboliques du passé monarchique et féodal. Le même problème se pose aux Etats-Unis avec les statues des généraux sudistes, en Europe de l'Est avec les nombreuses empreintes du régime totalitaire.

Condamner le passé à l'oubli, outre le risque de le revivre, témoigne d'une conception héroïque de l'Histoire. Un personnage public n'est pas monolithique, prisonnier pour la postérité d'une seule action, enfermé dans une image univoque. Il est complexe et contradictoire, comme le réel. Sortons de cette vision manichéenne, qui oppose tout d'un bloc les héros et les salauds. Substituer des figures héroïques à d'autres qui auraient failli ne changera rien au problème, car nous savons bien que Toussaint-Louverture, ou Louis Delgrès, portaient aussi les contradictions de leur temps et de leur condition. Décapiter la statue de Joséphine relève de la magie, et non de la pédagogie.

Alors, que faire ?

Essayons de manier la plume, plutôt que de brandir les ciseaux ou le burin. Nous préconisons une pédagogie plurielle et collective. L'enseignement de l'Histoire est certes central dans la construction d'un récit critique commun ; mais il faut beaucoup de temps et de patience pour retisser une trame rompue, et pour combattre les mythologies et les approximations véhiculées par la désinformation en réseaux. Les collectivités publiques peuvent contribuer à répandre les informations historiques indispensables au moyen de panneaux explicatifs, ou de brochures, à l'abord des monuments publics, ou bien aider les musées et les archives à organiser des expositions, des conférences pour le grand public.


Frédéric Régent 

HALTE A LA MANIPULATION DE L’HISTOIRE, OUI A LA CONSERVATION ET A L’EXPLICATION DE TOUS LES VESTIGES DU PASSE !

Antoine Richepanse

La commémoration de la seconde abolition de l’esclavage en Guadeloupe du 27 mai 1848 a, cette année, donné lieu à toutes sortes d’amalgames, de déclarations empreintes de contre-vérités et de confusions en tous genres qui n’honorent guère leurs auteurs. Conscients du fait que la quête mémorielle a pris dans notre pays une ampleur inenvisageable, après des décennies de silences empreints d’une volonté de privilégier l’oubli des pages sombres du passé, nous ne pouvons néanmoins cautionner autant de dérives dans l’interprétation des faits. La recherche historique ayant suffisamment progressé depuis 20 ans sur toutes ces questions, d’aucuns seraient bien inspirés de se documenter plutôt que de persister à asséner des contre-vérités. 

Premier amalgame méritant d’être dénoncé, c’est la confusion systématique faite entre les événements du 27 mai 1848 avec la proclamation du Gouverneur Layrle abolissant l’esclavage en Guadeloupe, et ceux du 28 mai 1802 avec la mort à Danglemont de Delgrès et de ses compagnons. La tendance actuelle est à occulter totalement l’abolition de 1848 pour ne retenir que le « rétablissement de l’esclavage en 1802 ». Outre le fait qu’il faut totalement relativiser la notion de liberté dans sa mise en œuvre effective en Guadeloupe entre 1794 et 1802, il est intolérable de faire du rétablissement de l’esclavage la seule cause des événements incriminés.

Lorsqu’on entend en direct au journal télévisé annoncer que « c’est en réaction à la loi du 30 floreal an X (20 mai 1802) par lequel Bonaparte avait rétabli l’esclavage dans les colonies, que Delgrès s’est soulevé contre Richepance… », cela relève à la fois de la désinformation et de la plus pure aberration. Comment un arrêté pris le 20 mai, qui plus est à une époque où l’information n’est portée que par les navires qui mettent au moins 4 semaines pour traverser l'Atlantique, aurait-il pu générer une guerre qui a débuté le 10 mai ? Pire, cette loi du 20 mai ne concerne que les colonies où l’esclavage n’avait pas été aboli en 1794 comme la Martinique et Sainte Lucie. En outre, elle précise expressément que la Guadeloupe, la Guyane et Saint Domingue demeurent sous le régime de la liberté. Liberté tout à fait limitée, vu que les cultivateurs sont assignés à résidence sur leurs anciennes plantations. Seuls les anciens libres de couleur et les anciens esclaves engagés dans l'armée, bénéficient réellement de la liberté générale. 

Lorsqu’une manifestation mémorielle, emboîtant prétendument les pas d’Ignace, inaugure une traversée en canot dans le Grand Cul de Sac, mais dans le sens contraire de celle opérée les 7 et 8 mai 1802, on en reste abasourdi. En Effet Ignace a quitté la Grande-Terre pour le Nord Basse-Terre et non l'inverse.
Joseph Ignace, Louis Delgrès et Alexandre Kirwan sont présentés comme des esclaves révoltés, alors que les deux premiers sont des libres de couleur et le troisième est un blanc de métropole.

A quelles sources, par ailleurs, est-il fait référence en évoquant « 10.000 victimes, des prisonniers gazés dans les cales des navires ou jetés à la mer, des chiens importés de Cuba pour pourchasser les nègres, ou des décapitations en nombre sur la Place de la Victoire… ». Outre le fait qu’aucun document à notre connaissance n'autorise à affirmer pareils propos, il paraît évident qu’une confusion est ici encore établie avec des pratiques du général Rochambeau, mais uniquement à Saint Domingue, après septembre 1802. Pour information, les 250 rebelles exécutés à la Place de la Victoire ont été fusillés, de même que ceux sur la plage de Fouillole le lendemain. D’autre part, les seuls chiens utilisés en Guadeloupe sont ceux des chasseurs des bois de Lacrosse, plusieurs mois après les événements du mois de mai, et ils ne provenaient nullement de Cuba.

Les commémorations ont vocation à réconcilier les mémoires, même antagonistes. Il faut cesser de les instrumentaliser pour servir des causes qui ne disent pas leur nom, mais à des années-lumières du souci d’objectivité et de maîtrise des contextes qui restent l’apanage des historiens professionnels.

Car, voyez-vous, pour être un historien, il faut cumuler quatre choses :
- travailler à partir d’archives de sources écrites, être un chercheur, et ne pas se contenter de lire les livres des autres et en tirer sa propre interprétation.
- Avoir une thèse d’histoire, c’est-à-dire avoir été reconnu par ses pairs, dans le cadre de l’obtention d’une thèse soutenue devant un jury composé de spécialistes de la question.
- Enseigner l’histoire à des étudiants en ayant le souci de leur inculquer les méthodes d’investigation du chercheur.
- Diffuser auprès de tous les publics ses connaissances, à travers des émissions, mais surtout des livres. 
Nous sommes étonnés de voir beaucoup de personnes qualifiées d’historiens se répandre dans les médias, alors qu’ils ne détiennent à peine qu’une des qualités énoncées ci-dessus.
Tout le monde ne peut donc pas être qualifié d’historien ! 
Un médecin qui écrit un livre sur le passé, à ces moments perdus, n’est pas un historien, tout comme n’est pas médecin, un historien qui vous donne quelques conseils sur les plantes ou les médicaments.

Dans le souci de clarifier un tant soit peu les éléments du débat, voilà quelques repères de base que nous jugeons incontournables pour une bonne compréhension de cette phase essentielle de notre Histoire :

Les faits sont les suivants :
7 juin 1794 : l’esclavage est aboli en Guadeloupe. Entre 1794 et 1802, les hommes de couleur prennent de plus en plus de responsabilités dans l’armée et l’administration.
21 octobre 1801 : Pélage, chef de brigade, câpre de la Martinique et Joseph Ignace, capitaine, mulâtre de la Guadeloupe, se révoltent à Pointe-à-Pitre contre les vexations du Capitaine Général Lacrosse et, surtout, contre le fait que ce dernier veut les déporter de la Guadeloupe. Lacrosse veut se débarrasser des officiers de couleur et des républicains radicaux (néo-jacobins), conformément aux ordres de Napoléon Bonaparte).

24 octobre 1801 : Lacrosse est arrêté, son aide-de-camp Louis Delgrès, un métis de la Martinique, se rallie à Pélage et Ignace. Lacrosse est expulsé de la Guadeloupe par les rebelles. 22 novembre 1801 : Napoléon Bonaparte rappelle devant l’Institut National que si l’esclavage est maintenu à la Martinique et à la Réunion. « A Saint-Domingue et à la Guadeloupe il n’y a plus d’esclaves ; tout y est libre ; tout y restera libre ».

Du 24 octobre au 6 mai 1802 : Pélage devient chef du gouvernement provisoire de la Guadeloupe et envoie de nombreux courriers montrant sa fidélité au gouvernement de Napoléon Bonaparte. De son côté, Lacrosse, réfugié à la Dominique, présente les rebelles comme des autonomistes ou des républicains radicaux (néo-jacobins). Dans un rapport à Bonaparte, il en désigne 42, majoritairement Blancs ou mulâtres, avec seulement deux Noirs.

1er avril 1802 : une expédition dirigée par le général Richepance est envoyée en Guadeloupe pour briser cette rébellion. 
6 mai 1802 : arrivée de Richepance à Pointe-à-Pitre, Pélage se soumet. Joseph Ignace voyant avec quelle humiliation, sont désarmés, déshabillés et humiliés, une partie des soldats de couleur, près de Pointe-à-Pitre, s’enfuit et rejoint Delgrès à Basse-Terre.

10 mai 1802 : Informé par Joseph Ignace du désarmement des soldats de couleur, Delgrès se révolte. Ignace, mulâtre de la Guadeloupe, Alexandre Kirwan, officier blanc de la métropole et Delgrès, métis de la Martinique sont les chefs de la rébellion.

Alexandre Kirwan, vivant cette lutte entre soldats portant le même uniforme, comme une guerre civile, se suicide.

20 mai 1802 : loi qui maintient l’esclavage à La Réunion et en Martinique. La Guadeloupe n’est pas concernée par le texte. 

26 et 28 mai : Ignace et Delgrès sur le point d’être faits prisonniers se donnent la mort, respectivement à Baimbridge et Matouba.

Mai-juin : Les hommes et les femmes qui ont combattu les troupes de Richepance sont tués quand ils sont faits prisonniers. Tous les hommes de couleur qui se sont rendus dès le 6 mai sans combattre sont déportés. Au total, on peut estimer de 3 à 4 000 le nombre de tués et à 3 000 celui des déportés.
16 juillet 1802 : arrêté consulaire de Napoléon Bonaparte qui rétablit l’esclavage pour la seule Guadeloupe. L’arrêté indique que c’est une punition contre des hommes de couleur qui se sont révoltés.

17 juillet 1802 : arrêté consulaire de Richepance qui proclame la déchéance de la citoyenneté française de tous les hommes de couleur et supprime le salaire des cultivateurs.

Deuxième quinzaine de Juillet 1802 : la pratique de l’achat et de la vente d’esclave reprend en Guadeloupe sans autorisation officielle.

2 septembre 1802 : mort de Richepance.

14 mai 1803 : Proclamation officielle du rétablissement de l’esclavage, en Guadeloupe.

A la Guadeloupe, il apparaît donc que Bonaparte est un esclavagiste opportuniste, lorsqu’il a besoin de soldats de couleur, il maintient la liberté. Lorsqu’il n’en a pas besoin ou que ceux-ci deviennent des rivaux pour lui, il maintient ou s'en débarrasse avant de rétablir l’esclavage.

Il apparaît que le 10 mai 1802, Louis Delgrès et même Richepance ignorent la loi de rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, y compris celle du 20 mai qui ne concerne pas la Guadeloupe. Les rebelles combattent pour l’égalité des hommes de couleur avec les blancs. Dans sa proclamation du 10 mai 1802, Delgrès qualifie Bonaparte de guerrier philosophe. En réponse à une proclamation du 14 mai 1802, Delgrès finit sa dernière lettre ponctuée par ses mots « Vive Bonaparte, vivre libre ou mourir ». Il ignore par conséquent les projets de Napoléon Bonaparte qui lui-même agit au gré des circonstances.
Le 17 juillet 1802, Richepance ignore l’arrêté consulaire du 16 juillet 1802 qui rétablit l’esclavage. Il supprime la citoyenneté pour les hommes de couleur, ce qui équivaut, certes, à un retour à l’ancien état des choses d’avant 1794, mais n’est pas en droit le rétablissement de l’esclavage, même si la pratique de la vente et de l’achat d’êtres humains reprend avant même le rétablissement officiel, le 14 mai 1803. 

Nous estimons qu’il ne faut pas effacer les traces du passé, mais, au contraire les utiliser pour les expliquer. La tombe de Richepance doit être accompagnée d’un panneau expliquant les objectifs de sa mission, et son rôle dans le retour à la servitude en Guadeloupe. La détruire serait dommageable car cela équivaudrait à faire disparaître une infrastructure de plus parmi ces vestiges de notre douloureux passé. Si nous entrions dans cette spirale, il faudrait alors détruire l’Arc de Triomphe sur lequel est gravé le nom de Richepance, le tombeau de Napoléon aux Invalides ou la Galerie des Glaces du château de Versailles où un buste de Richepance rend hommage à son action au sein de l’armée du Rhin.…

Devons-nous aussi brûler l’arrêté de rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe retrouvé il y a une dizaine d’années dans les archives ?

Les médias ont une lourde responsabilité car ils se doivent de vérifier au préalable si ceux qui se présentent comme historiens le sont vraiment et, à ce titre, sont habilités à alimenter la conscience collective par des déclarations scientifiquement avérées.

René BELENUS
Docteur en Histoire
Professeur agrégé à la retraite
Ancien Chargé de Cours d’Histoire à l’Université des Antilles et de la Guyane

Frédéric REGENT 
Docteur en Histoire 
Maître de conférences en Histoire à l'Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne 
Habilité à diriger des thèses 
Ancien Chargé de Cours d’Histoire à l’Université des Antilles et de la Guyane

Réné Bélénus et Frédéric Régent, sont co-auteurs avec Jacques Adélaïde-Merlande de l’ouvrage, La Rébellion de la Guadeloupe, Gourbeyre, Archives départementales de la Guadeloupe, 2002.

dimanche, mai 27, 2018

Nanny, reine des Marrons de Jamaïque

Figure emblématique de la lutte contre le système esclavagiste en Jamaïque, la reine Nanny est connue au-delà de ses frontières. À la tête de la ville qu’elle a fondée, elle a opposé une farouche résistance à l’administration britannique.


Nanny, reine des Marrons. C’est ainsi que cette femme née au Ghana dans le peuple Akan vers 1685, est passée à la postérité en Jamaïque.
Durant 30 ans, Nanny a donné du fil à retordre aux colons et aux soldats anglais. Ce n’est que par une trahison qu’elle a pu être vaincue, à l’occasion d’une énième chasse aux fugitifs.

Le traître est le Capitaine Sambo, un esclave, coutumier de la capture de ses frères de misère. Intéressé par la forte récompense promise pour la capture de Nanny, il tue celle-ci lors de l’ultime attaque contre son camp retranché, Nanny Town.

Nanny Town, une véritable ville

C’est une vraie ville, de moins de trois kilomètres carrés, édifiée dans les Montagnes Bleues, les Blue Mountains, fondée par Nanny et ses compagnons. La ville est restée libre durant toute la vie de sa cheftaine. Les nombreuses escapades opérées depuis ce repaire ont permis de libérer un bon millier d’esclaves. Nanny n’a pas été la seule à organiser des expéditions punitives dans les plantations.

Plusieurs communautés ont été créées et dirigées par des marrons, soit nés dans la colonie, soit nés en Afrique. Certains n’ont pas connu l’esclavage à proprement parler, s’étant échappés dès leur arrivée en Jamaïque. L’étendue de l’île et son relief montagneux ont favorisé le marronnage généralisé que les Espagnols, les premiers colons, puis les Anglais, n’ont pas pu empêcher.

Nanny, la reine des Marrons, est reconnue jusqu’à nos jours comme l’une des fondatrices de la nation jamaïcaine. Un billet de banque est à son effigie. Elle est devenue l’un des symboles les plus pertinents de la résistance acharnée et permanente des captifs africains au système esclavagiste.


mardi, mai 22, 2018

Victor Mazulime député né esclave



Elu représentant du peuple lors des premières élections législatives tenues après l’abolition de l’esclavage dans les colonies, Victor Petit-Frère Mazulime (1789-1854) a été le premier député martiniquais noir. Esclave affranchi, sa vie extraordinaire reste peu connue. Retour sur son parcours, occulté de nos livres d’histoire.

A mesure qu’il sentait monter son dernier souffle, alité dans la chambre de son hôtel particulier parisien, en cet hivernal samedi 28 janvier 1854, le cœur meurtri de n’avoir pas revu sa Martinique, Victor Petit-Frère Mazulime devait se remémorer ses premiers pas de représentant du peuple dans la salle des Quatre colonnes du Palais Bourbon après son élection en Martinique le 9 août 1848. Un souvenir chassant l’autre, au moment de passer de l’autre côté du monde, il devait aussi se rappeler son départ de son Fort-Royal natal, qu’il ne pouvait pas savoir définitif, sur ce navire qui l’emmenait vers les Etats-Unis, âgé d’à peine 13 ans, au service de son maître, le maréchal des logis Mottet, chef de la gendarmerie.



Muté à Paris, Mottet affranchit son esclave domestique. Il est engagé par le général Pernéty qui en fait son cocher et son homme de confiance. Le jeune homme se marie avec la femme de chambre de la fille du général. Le couple aura deux filles, dont l’une meurt jeune. La survivante, Uranie, ouvrira un pensionnat colonial pour jeunes filles au pays natal de son père.

Qu’a donc pu ressentir le représentant Mazulime en traversant la place de la Concorde avant de pénétrer en ce lieu du pouvoir ? De la fierté, certainement, d’avoir été choisi par les électeurs de sa terre natale. La sensation d’être écrasé sous le poids des responsabilités aussi. Et un immense soulagement, lui qui n’a pas ménagé sa peine pour que ses frères et soeurs esclaves soient enfin affranchis. Son entrée au palais abritant l’Assemblée nationale constituante bruisse de mille discussions et de cent discours depuis de longues semaines. Les représentants du peuple élus les 23 et 24 avril ont un programme chargé : la rédaction de la Constitution de la Deuxième République.



Deux mois auparavant, la royauté est chassée. Du 22 au 24 février, les barricades fleurissent à Paris. Le peuple se révolte contre le roi Louis-Philippe et la Monarchie de Juillet, instaurée en 1830. Ce régime a remplacé celui de la Restauration mis en place en 1814 et 1815. Le dernier gouvernement de François Guizot est empêtré dans une crise économique et politique durable. Il choisit d’amplifier la répression des manifestations de l’opposition organisées dans toute la France sous la forme de banquets. En dépit de leurs désaccords, républicains et libéraux s’unissent pour mettre fin au régime de la monarchie constitutionnelle.



L’abdication de Louis-Philippe en faveur de son gendre, le duc Philippe d’Orléans, trop tardive, est vaine. L’un des porte-parole de la rébellion, le célèbre poète Alphonse de Lamartine, proclame la Deuxième République le 24 février à l’hôtel de ville aux côtés de Ledru-Rollin. L’heure du retour des libertés publiques a sonné, dans les colonies aussi. C’est l’effervescence chez les républicains.

Les partisans de l’abolition, natifs des colonies réfugiés ou en exil à Paris exultent. Mazulime est au centre de la bataille pour l’émancipation. Lui qui milite depuis tant de temps en faveur de la libération de ses frères de couleur est sur tous les fronts. Il se tient aux côtés de Cyrille Auguste Charles Bissette, le grand abolitionniste martiniquais condamné au bagne, puis réhabilité, qui tient la victoire de toute une vie.

La monarchie définitivement abolie

Le nouveau régime s’installe. Un gouvernement collégial provisoire de 11 membres signe plusieurs décrets instaurant le suffrage universel, l’interdiction de la peine de mort, le rétablissement de la liberté de réunion et de la liberté de la presse. Sans oublier la suppression de l’esclavage. Les élections législatives se tiendront tout le long de l’année 1848 à des dates différentes dans chacune des colonies. Le calendrier dépend de la prise d’effet du décret d’abolition et transformant les esclaves en citoyens. Ce sera le 9 août en Martinique, le 22 août en Guadeloupe, le 30 octobre en Guyane et au Sénégal. La Réunion et les comptoirs de Madagascar (Nosy-Bé et Sainte-Marie), ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale constituante. 

Ce n’est pas la première fois que les colonies disposent de délégués à l’Assemblée nationale. Sous la Révolution, la Martinique a été représentée par Janvier Littée, homme de libre couleur, ou mulâtre. Les Noirs ne pouvaient pas être électeurs ni éligibles. Littée a siégé à la Convention nationale avec Jean Crassous de Medeuil et Michel Fourniols d’octobre 1793 à octobre 1795, puis au Conseil des Cinq-Cents avec ce dernier jusqu’en mai 1797. Arrivé au pouvoir en 1799, Napoléon Bonaparte supprime la représentation parlementaire des colonies. Les protestations des colons, les békés, et de leurs relais parisiens n’y changeront rien. Cette éviction sera prolongée durant trente ans sous la Restauration (1814-1830) et la Monarchie de Juillet (1830-1848).

Désormais, les habitants des colonies ont à nouveau le droit de choisir leurs députés. Il convient au préalable de refondre l’administration coloniale. Le ministre de la Marine François Arago, républicain, astronome et physicien renommé, nomme auprès de lui un sous-secrétaire d’Etat aux Colonies. C’est Victor Schoelcher, républicain, franc-maçon, précipitamment rentré de Saint-Louis du Sénégal où il était en campagne pour l’abolition.

Le lendemain de son arrivée à Paris, le 4 mars, Schoelcher met en place une commission, dont il est le président. Elle est chargée de « préparer, sous le plus bref délai, l'acte d'émancipation immédiate dans toutes les colonies de la République ». Ce qui implique d’accorder le droit de vote aux anciens esclaves et d’attribuer un patronyme à ceux qui n’en ont pas. La commission de 7 personnalités connues pour leur engagement abolitionniste siège sans désemparer dès le 6 mars.



Schoelcher écarte Bissette de la commission pour l’abolition

Hormis son président Schoelcher, le plus connu des membres de la commission pour l’abolition est le Martiniquais François-Auguste Perrinon, commandant dans l’artillerie de marine, premier homme de couleur natif des Antilles admis à l’Ecole Polytechnique, en 1842. En congé de l’armée, il se consacre à la production de sel dans sa propriété de Saint-Martin. Il a pu y démontrer que le salariat devait se substituer au travail gratuit. Il est l’un des plus influents des membres de la commission. Comme le haut fonctionnaire Henri-Joseph Mestro, en poste depuis plusieurs années à la direction des Colonies du ministère de la Marine.

L’avocat parisien Adolphe Gatine en est aussi. Il a défendu les mulâtres martiniquais Cyrille Bissette, Jean-Baptiste Volny et Louis Fabien fils, accusés d’avoir distribué en 1823 une brochure réclamant l’égalité des droits entre Blancs et hommes de couleur. Autre membre important de la commission, Charles Gaumont, ouvrier horloger parisien, militant du mouvement prolétarien. Rédacteur à «L’Union », il avait publié en 1844 la pétition des ouvriers de Paris en faveur de l’abolition de l’esclavage. Deux secrétaires sont chargés de la rédaction des travaux : l’historien Henri Wallon, spécialiste de l’esclavage dans l’Antiquité, et Louis Percin, avocat martiniquais.

Au grand dam de ses amis, Bissette est écarté par Schoelcher, son rival. Les deux hommes poursuivent le même but mais ne s’entendent pas sur les voies et moyens pour y parvenir. Entre autres griefs, Bissette reproche à Schoelcher d’avoir voulu une émancipation progressive des esclaves. Durant une quinzaine d’années, ils échangent invectives et attaques. Rancunier, l’abolitionniste parisien reste insensible à une pétition des amis de l’abolitionniste martiniquais réclamant son insertion au sein de la commission.

Plusieurs membres de ce groupe de travail hésitent à accorder le droit de vote immédiatement aux esclaves d’hier. Selon l’historienne Nelly Schmidt, « la représentation des colonies à l'Assemblée par élection au suffrage universel avait provoqué la réticence de nombreux membres de la commission. Mestro, fonctionnaire responsable du Bureau des Colonies au ministère, mais aussi Perrinon et Gatine jugèrent l'octroi de droits politiques aux «nouveaux libres» dangereux, inapplicable dans des colonies où les antagonismes sociaux étaient encore si profonds. »

« les nègres sont de grands enfants, aussi peu capables de connaître leurs droits que leurs devoirs ». 
Froidefonds Desfarges

Il faut ajouter à ces tergiversations le mépris ouvertement affiché par les délégués des colons. «Applicable aux hommes âgés de plus de 21 ans, le suffrage dit universel fit l'objet des tentatives de réduction les plus fantaisistes. Les délégués des planteurs de Guadeloupe, Jabrun et Reizet, souhaitèrent par exemple que seuls « les libres avant l'émancipation générale » fussent admis à l'exercice de ce droit civique. Froidefonds Desfarges, délégué des colons de Martinique qui venait de remplacer Jollivet, récemment décédé, avait estimé que « les nègres sont de grands enfants, aussi peu capables de connaître leurs droits que leurs devoirs » nous dit Nelly Schmidt.

Ces réserves trouvent écho au sein de la commission. Mestro plaide la prudence et la patience. Perrinon craint que les futurs citoyens ne soient pas mûrs pour exercer le droit de vote. Il propose de prendre exemple sur l’expérience des colonies anglaises. L’esclavage y a été aboli en 1833 et le droit de vote appliqué progressivement. Si les anciens esclaves peuvent désormais choisir leurs représentants, ceci ne signifie pas ipso facto que ceux-ci défendront leurs intérêts. Elire des colons nostalgiques de l’esclavage n’est pas exclu.




Voter oui, mais pour quel représentants ?

C’est la crainte exprimée par Mazulime. Venu présenter une « adresse des nègres et d’hommes de couleur » à la commission lors de sa séance du 11 mars, il expose sa crainte que les futurs affranchis, analphabètes et mal informés, soient influencés par les colons. Schoelcher lui rétorque qu’il y a des Blancs et des mulâtres capables de défendre la cause des Noirs. Mazulime est à moitié convaincu. Quelques semaines plus tard, sur les conseils de ses amis, il se porte candidat suppléant à la députation sur la liste républicaine aux côtés de Cyrille Bissette, Pierre-Marie Pory-Papy, le maire de Saint-Pierre, et Victor Schoelcher.

Le rapport final de la commission est adopté par le gouvernement provisoire. Le décret abolissant définitivement l’esclavage est publié au Journal officiel le 27 avril 1848. Il prend effet en Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion et dans les comptoirs du Sénégal et de Madagascar. L’interdiction de l’esclavage actée, les travailleurs serviles deviendront, du jour au lendemain, des citoyens libres, électeurs et éligibles.

Mazulime se prépare à la bataille, sans pour autant mener campagne dans sa circonscription. Vivant à Paris depuis de longues années, il s’est nourri de l’activisme déployé aussi bien par Bissette que par Schoelcher. Il se reconnaît aisément dans ce courant républicain, réclamant l’égalité des droits et un changement de régime dans les colonies.

D’après l’historien Marc Séfil, le courant républicain des années 1840 
« revendiquait une assimilation complète des colonies à la métropole. Les personnalités marquantes de ce courant étaient des membres de l’élite des gens de couleur comme François-Auguste Perrinon ou des notables comme Pierre Pory-Papy, qui s’étaient déjà illustrés sur le front de l’abolition. Mais on y trouve aussi des hommes de couleur de conditions plus modestes, comme Louisy Mathieu en Guadeloupe ou Victor Mazulime en Martinique. »

Un militant abolitionniste de longue date

Sans être un chef politique, Mazulime milite activement pour l’abolition. Il est trésorier général d’une association, « Les Enfants de l’Afrique », regroupant les partisans de l’émancipation des esclaves. Il participe aux réunions du comité de rédaction de La Revue des colonies, le journal mensuel fondé par Bissette pour propager ses idées. Il fait signer des pétitions aux côtés de Louis Fabien fils, compagnon de lutte de Cyrille Bissette et de Jean-Baptiste Volny. Des activistes efficaces.

Outre le décret d’abolition, un autre texte instaure le suffrage universel, réservé aux hommes de plus de 21 ans. Nelly Schmidt nous apprend que, tant en Guadeloupe qu’en Martinique, «des campagnes électorales particulièrement vives, auxquelles les loges maçonniques prennent une part déterminante, s’ouvrent dès le lendemain de l’abolition. Des clubs politiques, de nouveaux journaux sont créés, la participation électorale dépassant parfois le taux de 70% lors des premiers scrutins des années 1848-1850. (…) Les élections législatives ont lieu dès août 1848 en Guadeloupe et en Martinique, organisées en fonction du décret instaurant le suffrage universel masculin du 5 mars 1848 et des instructions accompagnant le décret d’abolition de l’esclavage ».




La participation est forte. Faute de disposer du nombre précis des électeurs inscrits, Nelly Schmidt la situe entre 52 et 58 %. Cyrille Bissette l’emporte avec 96 % des voix. Pierre Pory-Papy est second avec 93 %. Il est suivi par Schœlcher qui obtient 92 % des suffrages des 33.743 votants. Ce dernier totalise 47% en Guadeloupe, quand François-Auguste Perrinon obtient 48 % et Louisy Mathieu, né esclave comme Mazuline, 34 %.

Elu en Guadeloupe et en Martinique, Schœlcher choisit de représenter la Martinique. Il laisse son siège de Guadeloupe à son suppléant, Louisy Mathieu. L’élection de Bissette est annulée, en raison de son ancienne condamnation au bagne. Il est contraint de laisser son siège au suivant de liste, Mazulime. Vivant à Paris, celui-ci se rend au Palais Bourbon dès qu’il apprend son élection, plusieurs semaines après ce fameux 9 août gravé à jamais dans sa mémoire, ce jour où la Martinique a choisi librement ses députés.

Devenu coutumier des arcanes parlementaires, le citoyen Victor Petit-Frère Mazulime ne cesse de batailler ferme pour défendre la nouvelle Constitution. Le texte adopté le 4 mai consacre, entre autres libertés fondamentales, l’abolition de l’esclavage. Vraisemblablement lassé des joutes politiques incessantes, mais ô combien rassuré quant à la solidité des nouvelles institutions coloniales, il se retire peu à peu de la vie publique.


Rentier, propriétaire d’un hôtel particulier dans le 6 ème arrondissement de Paris, rue Duguay-Trouin, il ne se présente pas aux élections de 1849 destinées à mettre en place l’Assemblée nationale législative. Il rendra hommage au régime en ces termes : «Honneur et reconnaissance à la République française qui a rendu la liberté aux noirs. Je fus nommé en août 1848 le premier de la race noire représentant du peuple par 18 492 nouveaux citoyens à l'Assemblée constituante. Je dois cette reconnaissance à la République seule. Aussi je dis : vivons et mourons pour elle ». C’est ainsi qu’en ce 28 janvier 1854, Mazuline, venu au monde esclave, peut s’en aller la conscience tranquille, la paix intérieure gagnée, la dignité obtenue, la liberté conquise. Né enchaîné, il s’en va en homme libre.

Jean-Marc Party - Publié le 21/05/2018 à 15:33, mis à jour le 22/05/2018 à 09:42

mardi, mai 15, 2018

XVIIe siècle : la traite des Irlandais, esclaves blancs, vers les plantations des West Indies



Il faut remonter au début du XVIIe siècle avec la bataille de Kinsale, puis à Cromwell qui débarque en Irlande en 1649 et perpètre un véritable massacre, pour découvrir une politique d’exil et la traite des Irlandais, d’abord vers le fleuve Amazone puis vers les Antilles , à Antigua, Montserrat, puis la Guyane, la Virginie, la Caroline du Nord, la Géorgie et la Nouvelle-Angleterre. 

Au XVIIe siècle, les troupes de Cromwell ont conquis l’Irlande et pris Drogheda le 11 septembre 1649. Dix mille habitants ont été massacrés. Plus de cent mille hommes, femmes et enfants ont été déportés. Leur crime : être de confession catholique. 30.000 prisonniers militaires, puis 100.000 Irlandais, beaucoup de femmes et d’enfants, seront vendus comme esclaves. 

Le mot ici est à prendre dans sa définition absolue. La monarchie anglaise projette sur l’Irlandais une haine ancestrale, jusqu’à détruire l’aspect social, culturel et religieux de ce pays. On peut parler ouvertement de génocide. 

La Reine Elizabeth Ière, James II, Charles Cromwell ont commis, sous la bannière de Dieu, des horreurs que l’histoire civilisée ne peut oublier. Déportation, colonisation, éradication, la proclamation de 1625 initialise le bannissement outre-mer des prisonniers politiques, vendus comme travailleurs des plantations, autrement dit, comme esclaves. Mais indigents, prisonniers, déserteurs, sans domicile, orphelins, fermiers révoltés, prêtres, professeurs vont suivre. Tout est prétexte à la déportation car la main d’œuvre, là-bas, est nécessaire. 

Le constat est effrayant, la population irlandaise de l’île est réduite alors de moitié en dix ans. L’Angleterre va exploiter ce filon et cette matière première, de traités en accords, de rebellions sanglantes en révoltes brutales, pendant des décennies.Une infime minorité survivra aux douze semaines que nécessite la traversée de l’Atlantique. 

En septembre 1655, Cromwell exige que mille cinq cent jeunes Irlandais de douze à quatorze ans soient envoyés en Jamaïque et dans les Antilles anglaises pour compenser la mortalité des esclaves blancs. Ce plan est adopté par le Conseil d’Etat. Selon "The Curse of Cromwell : A History of the Ironside Conquest of Ireland", les prêtres irlandais sont systématiquement déportés en Amérique avec des vieillards de plus de quatre-vingts ans. 

Le 25 mars 1659, la mise en esclavage de prisonniers politiques blancs est débattue au parlement anglais. Sa pratique s’intensifie après le 16 avril 1746, quand les fantassins du Scottish Highland, Français et Irlandais combattant de l’armée jacobite, perdent la bataille de Culloden. Ils sont déportés à la Barbade à partir des ports de Londres, Plymouth, Southampton, Douvres, Aberdeen. En Angleterre, les protestants les plus démunis sont également victimes de Cromwell qui en février 1656 a ordonné de déporter mille deux cent Anglaises. Deux mille autres les rejoindront le mois suivant. La même année Cromwell fait déporter en Jamaïque tous les Ecossais sans habitation.

On ne peut occulter le rôle actif et déterminant de Cromwell dans l’esclavage sans parler de son appartenance à la franc-maçonnerie primitive, celle qui commence avant Anderson et Desaguliers. Niée par les historiens officiels, cette origine de la franc-maçonnerie n’est jamais relatée...

Source : La traite des esclaves irlandais - Les esclaves "Blancs" oubliés
Les esclaves que l'histoire a convenu d'oublier

par John Martin -2008-

samedi, mai 12, 2018

Pourquoi commémorer l'abolition de l'esclavage


C'était ce matin , un extrait du point de vue d’Évariste Zéphyrin à propos de la cérémonie du 10 mai au jardin du Luxembourg.

Première colonisation des Antilles Françaises (sources)


A propos des sources, et la présence des esclaves lors du début de la colonisation des Antilles au XVII e siècle, sachant que :"Les premiers esclaves noirs sont introduits à Hispaniola dès 1493 dans le sillage des voyages de Christophe Colomb [ Mervyn RATEKIN, « The early sugar industry in Española »,..., en même temps que les premiers plants de canne ramenés des Canaries ou de Madère.

https://www.jstor.org/stable/2509696

Pour ce nous concernant en omettant les grandes Antilles et la période de la flibusterie et de la piraterie, quelques sources concernant le début de la colonisation des petites Antilles, notamment par les Français au 17 e siècle.

Histoire générale des isles de S. Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique, et autres dans l'Amérique (1654) RP Jean Baptiste Dutertre

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9801488s

L'ouvrage de Charles de Rochefort paru en 1658, à la page 55 p2 il est décrit le quartier des esclaves.

Histoire naturelle et morale des iles Antilles de l'Amérique 
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74105c/f55.image

Pour les guerres caraïbes où maîtres et esclaves combattent côte à côte.

Histoire générale des Antilles habitées par les François 
T1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1140206
T2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k114021k
T3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k114022z
T4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1140206

Et l'excellent ouvrage du Révérend Père :"J.-B. Delawarde. Les Défricheurs et les petits colons de la Martinique au XVIIe siècle.

http://mediatheques.collectivitedemartinique.mq/…/SY…/191631

Cette bibliographie n'est pas exhaustive...

Bonne lecture !

Evariste Zephyrin

vendredi, mars 16, 2018

Mandela l'accord



Si Mandela n’a jamais donné les détails des négociations qui ont précédé sa libération, c’est parce qu’il a accepté de vendre son combat aux requins de la finance en contrepartie de sa libération et s'est débarrassé de son épouse, Winnie qui a vite compris. Aussitôt sorti de ses 27 années (officiels) de prison, il la trahit, est allé s'incliner sur la tombe de Hendrek Verwoed, l'architecte de l'apartheid qui l'avait, de fait, envoyé en prison. En août 1995 en signe de soumission Mandéla, alla jusqu’à offrir des fleurs à sa veuve (Betsie Verwoerd) au domicile de cette dernière, dans une enclave blanche interdit aux noirs connue sous le nom d'Orania, au nord-est du Cap. Mme Verwoerd, alors âgée de 94 ans, n'a jamais révélé les raisons de cette rencontre. Mais sa petite-fille, Elizabeth, affirma qu'elle aurait préféré que Mandela devienne "le président d'un pays voisin". Dans le même temps, notre frère, le héros Demitrios Tsafendas qui a poignardé à mort ce nazi d’Hendrik Verwored en plein parlement sud-africain en 1966, croupissait en prison. Tandis que Demitrios Tsafendas fut placé dans une prison de haute sécurité où les gardiens urinaient et déféquaient dans sa nourriture en plus de le tabasser pendant 33 ans ; il mourra en prison en 1999 sans qu’aucun membre de l’ANC ne vienne à son enterrement. Apparemment il était plus urgent pour Mandela d’aller conforter la femme du père de l’apartheid que de libérer le mozambicain Demitrios Tsafendas et de tous les militants noirs anti-apartheid. Il n'a jamais visité la tombe de Steve Biko et de Sobukwe, fondateur du Congrès panafricain.


De même on retiendra qu'en accédant au pouvoir en 1994 Mandéla légalisa le mariage homosexuel en l’inscrivant dans la Constitution de ce pays, car visiblement à ses yeux c'était plus importante que la restitution des terres. On oubliera pas non plus la vision politique de Mandela qui consista a fusionner l’ANC avec le Parti Raciste de Van Schalkwyk. Ce parti nazi anglo-franco-hollandais fondateur de l’apartheid, qui a eu à sa tête les fils de Satan comme Verwoerd, Vorster, DeKlerk, Botha et autres Daniel François Malan, rappelons-le reçut officiellement en juin 1953 le diable David Ben Gourion, premier ministre de l’entité coloniale d’Israël, qui n’a manqué de louer la justice et la justesse de l’apartheid.

En 2015, le Professeur Nicolas Agbohou disait:
---<< Pour que Nelson Mandela soit libéré on lui a posé deux conditions : le retour des réacteurs nucléaires vers le Royaume Uni, et la privatisation de la Banque centrale Sud Africaine qui au nom des Afrikaners. Donc ils se sont arrangés pour que les Noirs n'aient pas l'arme pour les tuer par la vengeance et que les Noirs n'aient aucune main mise sur l'économie puisque la banque passait sous le joug privé des colons encore. >>

jeudi, mars 08, 2018

MICAELA BASTIDAS PUYUCAWA



Micaela Bastidas Puyucawa était l'épouse de Tupac Amaru II qui a joué un rôle de premier plan dans la grande révolte anticoloniale de 1780. 

Née en 1745 dans la province Tamburco de Abancay, région Apurimac dans les régions montagneuses du sud du Pérou. Ses parents étaient l'Afro-Péruvien Manuel Bastidas et le natif Josefa Puyucawa.

En 1760, à l'âge de 15 ans, elle épousa le jeune cacique de Cuzco, José Gabriel Condorcanqui le grand Túpac Amaru II, avec qui elle a eut trois enfants: Hipólito, Mariano et Fernando. Elle a eu une position riche dans le viceregal Cusco puisque son mari était un cacique important et un muletier prospère. Cependant, il a vécu dans l'indignation sur les abus subis par les Indiens, l'esclavage des Noirs, l'augmentation des impôts et les abus contre les Indiens.

Lorsque la rébellion éclate en 1780, Micaela Bastidas est le principal conseiller de l'Inca et le tient au courant des mouvements réalistes lorsqu'il fait campagne, elle a carrément occupée un poste de chef de file. 

En outre, de la ville de Tinta (Canchis, Cusco) elle a dirigé les fournitures d'armes et de nourriture pour les troupes rebelles. 
Elle a dirigé des actions préparatoires militaires lorsque Tupac Amaru II était absent et son rôle en tant que chef guerrière a été majeur dans le succès  de la bataille de Sangarará.

Ses lettres adressées à Tupac Amaru II pendant la guerre montrent son extraordinaire dévouement à la cause révolutionnaire. Beaucoup pensent que si l'Inca avait pris le Cusco dans les premiers jours du soulèvement, comme l'exigeait Micaela, il aurait été presque impossible aux royalistes de le récupérer.

Lorsque le soulèvement a échoué, elle a été capturée et emmenée à Cusco, où elle a été condamnée à l'étranglement. Le 18 mai 1781, sur la place d'armes de Cusco, les bourreaux lui coupent la langue et lui appliquent l'ignoble garrotte. Quand elle était encore en train de mourir, ils lui ont donné des coups de pied dans le ventre et la poitrine. Quelques minutes plus tôt, elle avait vu la pendaison de son fils Hipolito. Les deux décès ont été constatés par Tupac Amaru II, qui a été exécuté le même jour.

Elle est considérée comme la mère de l'identité culturelle inca Kichwas, elle incarne la force, la lutte et la rébellion contre l'oppression coloniale.

Emmanuelle Bramban 

lundi, février 26, 2018

LA COURSE AU NID D’AIGLE…



Le 16 avril 1945, le Maréchal de l’armée rouge Gueorgui Joukov, met le siège autour de la ville de Berlin afin de porter le coup de grâce au 3ème Reich allemand. Il installera ainsi autour de la ville à laquelle les chefs nazis promettaient mille ans d’éclat, rien de moins que 41 600 canons, soit un tous les dix mètres, et 6 250 chars, pour mener la bataille décisive…!

Elle prendra fin au 2 mai 1945, après le suicide d’Adolf Hitler le 30 avril, la prise du Reichstag le 1er mai après la reddition des derniers défenseurs de la ville, par des soldats russes qui y hisseront le drapeau de l’Union soviétique, et surtout, après la mort de 92 000 soldats allemands et 81 200 soldats de l’armée soviétique…

Joseph Staline demandant que soit immortalisé l’événement, la prise du Reichstag sera rejouée le 2 mai devant les caméras et les appareils photos qui nous montrerons en gros plan, ces valeureux soldats russes hissant le drapeau soviétique sur les terrasses du Reichstag, et ces images fantastiques feront le tour du monde en consacrant ainsi dans les opinions, la victoire écrasante de l’Union Soviétique sur l’Allemagne nazie…

Cependant, les Américains ayant franchi le Rhin quelques temps auparavant, menaient au travers de l’Allemagne centrale une campagne victorieuse, facilitée par le fait que l’essentiel des forces allemandes demeurait engagé sur le front de l’est, pour faire face à une armée rouge dont la réputation terrifiante avait précipité sur les routes des millions de civils cherchant refuge vers l’ouest. Ceci, de sorte que les Américains ayant à faire face à moins d’opposition, auraient du logiquement parvenir les premiers à Berlin.

Mais, les accords de Yalta conclus le 11 février entre Roosevelt, Churchill, et Staline, prévoyaient que l’est de l’Allemagne à parti de l’Elbe, devait devenir une zone d’occupation soviétique, et c’est alors que trois jours après la mort du président Roosevelt qui entérina cet accord, le général commandant en chef des forces alliées, Eisenhower, fit exécuter cet ordre et imposa aux troupes américaines de s’arrêter sur l’Elbe. Ceci provoquera la colère du fameux général Patton, héros de cette guerre, et qui comme d’ailleurs tous les autres chefs militaires ayant combattu l’armée allemande, se serait volontiers vu arriver en triomphateur à Berlin, et qui l’aurait probablement été sans cet accord…

Cette raison d’état s’imposant à eux provoquera un grand mécontentement et une profonde frustration au sein de l’armée américaine, pour des soldats qui ne se sont pas battus pour se voir ainsi privés de l’événement qui aurait le mieux couronné leur sacrifice et eté le plus significatif de leur victoire, un triomphe à Berlin…

Il fallait absolument leur trouver une compensation pour qu’ils puissent bénéficier eux aussi d’un symbole puissant de leur valeur militaire, et c’est alors que passé la ville de Nuremberg, autre haut lieux du nazisme, qu’ils ont conquise, la préoccupation des militaires américains s’est portée sur la ville de Berchtesgaden qui, autour de la personnalité de Hitler qui y avait sa résidence d’été et y réunissait régulièrement les cadres du parti et les chefs militaires, était la plus symbolique après Berlin, de ce que fut le régime nazis…

Mais ils n’étaient pas les seuls, car les Français, profondément humiliés par la défaite de 1940 et qui avaient absolument besoin de se laver de cet affront, était en quête d’un éclat militaire pour pouvoir se réhabiliter, tant à leur propres yeux qu’à ceux du monde. Ainsi, pour les chefs militaires français, après la libération de Strasbourg selon le serment fait à Koufra par le général Leclerc et ses hommes, Berchtesgaden était le seul objectif ayant une grande valeur symbolique, qu’il leur était possible d’atteindre. Ceci, compte tenu de la zone où ils combattaient selon le dispositif des forces alliées sur le terrain, positionnés qu’ils étaient sur le flanc droit de ce dispositif, et ce, même si cette ville ne se situait pas dans la zone que les forces françaises devaient occuper par la suite…

C’est ainsi que sans avouer clairement leur objectif, ces deux armées pourtant alliées, vont se livrer à une course furieuse avec tous les coups bas permis, pour parvenir la première à Berchtesgaden…

Le course commence déjà sur l’autoroute qui mène de Munich à Salzbourg, chaque armée rendez-vous compte, progresse sur une des voies de l’autoroute de sorte que l’une d’elle emprunte celle-ci à contre sens. Et ceci, en prenant le risque de laisser de dangereuses poches de résistance sur leur arrière, et au milieu de colonnes de dizaines de milliers de prisonniers allemands qui font route dans l’autre sens, de chaque coté de cette autoroute…

Les Américains ont une pointe d’avance et le premier incident va survenir au point de passage de la rivière Paar dont le pont a été détruit par les Allemands. Les Américains vont y installer un pont grâce à leur génie, mais quand les premiers soldats français arrivent, ils se voient fermement refuser le passage sur ce pont. L’incident va alors opposer un général américain à la carrure et au facies de catcheur, le général O’ Daniel, au général français Leclerc. Lorsque ce dernier viendra s’inquiéter auprès de lui de la raison pour laquelle il refuse le passage aux soldats français, loin d’avouer sa volonté de parvenir le premier à Berchtesgaden, il argumentera que les Français ne se situent pas exactement sur la route qui leur était assignée, ce qui était vrai, et que de toutes les façons ce pont avait été construit par eux et que les soldats français ne l’emprunteraient qu’après le passage du dernier américain.

L’altercation fut violente, les deux hommes se gratifiant mutuellement de noms d’oiseau que l’interprète aura la sagesse de ne pas traduire. Lorsque les Français peuvent enfin passer, les Américains ont une bonne avance vers l’objectif que malheureusement pour eux, ils ne connaissaient pas bien. Car il existe en réalité trois niveaux à Berchtesgaden, la ville elle-même qui se situe à 300 m d’altitude, et que les Américains y parvenant les premiers, pensent être l’objectif et s’y arrêtent. Mais les véritables objectifs militaires et symboliques sont en fait tout d’abord l’Obersalzberg avec le Bergoff, situé plus haut à 900 m d’altitude, un véritable sanctuaire nazi qui était le quartier résidentiel d’Hitler et des hauts dignitaires du régime. Il disposait d’importantes installations souterraines, et se trouvait encadré par des casernes de SS. Hitler et ces dignitaires s’y réunissaient régulièrement depuis 1928, et c’est là qu’ils ont pris en séminaire, un bon nombre des décisions les plus importantes.

Enfin, il y a surtout le Khelstein, le fameux “nid d’aigle”, situé à 1800 m de hauteur sur un pic rocheux, plus symbolique encore par rapport à la personnalité mégalomaniaque de Hitler qui devait avoir ainsi le sentiment d’atteindre les cieux, là où il recevait les plus intimes de ses proches, là ou ses rêves de puissance et de domination trouvaient un cadre grandiose adapté pour leur entretien, d’autant qu’il s’agit d’un endroit d’accès particulièrement difficile si on ne peut utiliser le tunnel conduisant à un ascenseur permettant de l’atteindre 120m plus haut…

Les Américains ont donc emprunté la route qui mène à la ville de Berchtesgaden où ils vont s’arrêter un moment avant de prendre conscience que tel n’est pas le véritable objectif. Les français se lançant après eux à marche forcée, en ne respectant donc aucune des consignes habituelles de pause et de vitesse, parviendront seulement quelques heures après, à la gare de Berchtesgaden. C’est alors qu’un officier, le capitaine Touyeras qui, ayant été fait prisonnier en 1940, avait été embarqué dans un train d’où il se souvenait d’avoir aperçu l’Obersalzberg, suggéra au général Leclerc d’emprunter cette voie pour pouvoir accéder plus directement au site qui est éloigné de la ville même, pour le cas où les américains n’y seraient pas encore.

C’est ainsi qu’en compagnie du brigadier Borg, à bord d’une Jeep équipée d’une mitrailleuse, ils prennent la voie ferrée pour tenter de parvenir les premiers à l’Obersalzberg. Quelle ne fut pas leur surprise lorsque dans un tunnel ils découvrent à l’abri dans celui-ci, le fameux train d’Herman Goering, remplis de tableaux et d’œuvres d’art d’une valeur inestimable, pillés dans tous les pays ayant subi l’occupation allemande, et de documents techniques sur les V1 et les V2 qui vont être transférés à Paris.

Quittant ensuite la voie ferrée, ils vont emprunter une route très sinueuse conduisant à l’Obersalzberg, en constatant qu’il n’y a aucune trace d’une quelconque présence américaine. Ils rencontrent alors une colonne d’une trentaine de jeunes des jeunesses hitlériennes auxquels ils font jeter leurs armes dans le ravin et dont ils apprennent qu’il n’y a personne là haut.

Parvenus devant la porte du bâtiment déjà considérablement dégradé par les bombardements, ils se signalent par deux rafales. Un soldat allemand apparait en brandissant un immense drapeau blanc. Pour se protéger, ils le font s’assoir sur le capot de la Jeep et se rendent jusqu’au poste de garde pour sommer les derniers hommes qui s’y trouvaient encore, de se rendre. Ils étaient 45 et se tenaient parfaitement alignés au garde à vous, mais n’opposèrent pas de résistance, comprenant bien qu’après la chute de Berlin, tout était fini pour eux…

Nos deux gaillards demandent alors du renfort et reçoivent curieusement l’ordre de venir chercher la section, malgré leurs prisonniers. Ils redescendent non sans avoir rendu le chef de ceux-ci chef responsable sur la vie de ses hommes, et ils auront la grande surprise de constater en revenant 1h 30 plus tard avec la section, qu’il n’en manquera pas un seul.

C’est lors de leur deuxième descente qu’ils croisent une colonne d’américains avec des chars, qui visiblement vexés de ne pas être les premiers, les arrête carrément d’une façon très brutale en feignant de ne pas comprendre qui ils sont, avant de finalement les relâcher, ce qui entrainera une seconde explication houleuse entre les chefs.

Félicités par le général Leclerc, celui-ci les envoie dès le lendemain en compagnie du fameux régiment de marche du Tchad qui faisait alors partie de la 2ème division blindée, mais qui se trouvait déjà privé des fameux “tirailleurs” qui avaient été libérés depuis la France, à l’assaut du nid d’aigle où ils ne rencontreront pas de résistance, et où ils planteront à 17h le drapeau français au travers d’une baie…

Il s’en est donc fallu de peu que le sanctuaire d’Hitler ne soit investi par des tirailleurs, ce qui aurait été encore plus spectaculaire, et plus symbolique…

Jusqu’à ce jour la controverse demeure entre Français et Américains qui se réclament comme étant les premiers à être parvenus au sanctuaire d’Hitler. Ces derniers ont même fait un film où ils vantent la bravoure des soldats américains à la conquête de celui-ci, ce qui n’a aucune vérité, puisqu’il ne se trouvait plus un seul soldat allemand dans les lieux quand ils y sont parvenus, et leur préoccupation essentielle fut alors de s’y prendre en nombreuses photos, afin de diffuser celles-ci à travers le monde à la façon dont les Russes l’avaient fait à Berlin…

Richard Pulvar

samedi, février 17, 2018

IL Y EUT AU 18ème SIECLE, ECUMANT LA MER DES ANTILLES, DEUX TERRIBLES FLIBUSTIERES, ANNE BONNY ET MARY READ…


Elles formaient secrètement un couple sanguinaire, aux cotés d’une autre terreur de cette mer, le pirate Jack Rackham ( le Rackham le rouge de Hergé)…

La première, fille illégitime d’un procureur irlandais et de sa servante, fut emmenée par son père condamné à l’exil suite au scandale révélé, vers le nouveau monde, et sera élevée par celui-ci à la dure, comme un garçon, à Charleston en Caroline du sud. Bien que son père soit devenu là-bas le riche propriétaire d’une immense plantation, enfant rebelle, c’est dès l’âge de 13 ans qu’elle commencera à fréquenter les tavernes de pirates.

Las de sa mauvaise conduite le père finira par la déshériter, mais pour se venger de cela, elle mettra le feu à la plantation et dès lors, s’étant mise elle-même hors des lieux, sa vie va définitivement basculer vers la piraterie où elle trouvera refuge…

C’est déguisée en homme qu’elle fera ses premières armes en compagnie du pirate français Pierre Bousquet, et rencontrera plus tard Jack Racham, entretenant avec lui une relation fort fructueuse quant aux nombre de navires pillés, bien qu’elle fut “à couteaux tirés”, et sans que l’on puisse affirmer qu’ils furent amants, d’autant qu’elle demeurait déguisée en homme…

La seconde était la fille d’un capitaine de la marine, disparu en mer. Son frère ainé mourut enfant et pour pouvoir bénéficier de la pension qui était versée pour celui-ci par la famille de son père, sa mère décida de l’habiller et de l’éduquer comme un garçon et c’est sous cette fausse identité masquant sa féminité, que non seulement, elle obtiendra un premier emploi comme valet mais surtout, qu’elle parviendra à s’engager dans l’armée britannique pour s’en aller combattre les français en Flandre…

Elle y rencontrera un bel officier dont elle tombera amoureuse et sera obligée de révéler sa véritable identité pour pouvoir l’épouser, mais le couple sera contraint de quitter l’armée…
Elle et son mari ouvriront une auberge, mais celui-ci décédera au bout de quatre ans. Ne pouvant pas tenir l’auberge toute seule, c’est en se faisant à nouveau passer pour un homme, qu’elle parviendra à se faire engager à bord d’un navire marchand hollandais.

Il se trouve que ce navire sera attaqué et capturé par des pirates anglais, et c’est à cette occasion qu’elle rencontrera la piraterie, et qu’elle s’arrangera pour l’intégrer. C’est au cours des opérations de piraterie qu’elle rencontrera Jack Rackham et Anne Bonny, et c’est la relation inattendue qui s’établira entre elles, qui sera l’occasion de la révélation de leur véritable identité…

En compagnie de Rackham, le couple mènera des campagnes dévastatrices, la légende disant que Mary Read dévoilait son sexe à son adversaire au moment de lui donner la mort, mais au cours d’une de ces campagnes, et malgré sa liaison avec Anne Bonny, elle fera la rencontre d’un captif dont elle fera son amant, et duquel elle aura un enfant…

Comme il se doit selon une fin correcte de cette histoire, après bien des aventures violentes, et d’autres bien plus douces au cours desquelles elles n’ont pas hésité à user de leur charme pour s’attirer la clémence de certains gouverneurs, tout ce monde finira par se faire arrêter, juger, et condamner à être pendu haut et court, les deux femmes ayant pu sursoir à l’exécution de la peine en révélant qu’elle étaient enceintes…

Mary Read décèdera en prison à cause de la fièvre jaune, quant à Anne Bonny, elle fut finalement graciée par le gouverneur, sortit de prison et disparu sans plus laisser aucune trace, certains disant que son richissime père serait parvenu à convaincre ce gouverneur…

Elles auront donc vaincu bien des hommes par leur pistolet et leur sabre, et quelques autres, par leur charme…

Richard Pulvar

mercredi, février 14, 2018

LE CÉLÈBRE CARNAVAL D'ORURO EN BOLIVIE, UN CARNAVAL AUX TRADITIONS ANCESTRALES NATIVES


Le Carnaval d'Oruro en Bolivie classé patrimoine culturel immatériel de l’humanité fait partie des références mondiales en matière de carnavals.

Le ministère de la culture de la République de Bolivie a dit que cette année le carnaval avait drainé entre 400 000 à 413 000 personnes !

La ministre de la Culture et du Tourisme, Wilma Alanoca, a confirmé le 10 février à Los Tiempos "que plus de 400 mille personnes , entre nationaux et étrangers, sont venues à Oruro pour observer le Carnaval" qui selon leurs estimations gouvernementales a généré des migrations d'au moins 106 millions de Boliviens.
La ministre a déclaré aussi que le mouvement des visiteurs au carnaval d'Oruro "est intense", de sorte que la capacité de l'hôtel aurait été dépassée.
Ce carnaval est à ce point célèbre que 15 chaînes internationales suivent le Carnaval d'Oruro dans le monde entier.

La ville d'Oruro située dans la partie nord du lac Coipasa a été érigée sur un ancien site de cérémonies amérindiennes à 3700 mètres d’altitude dans les montagnes de l’ouest de la Bolivie.
"La ville d’Oruro a été un important centre minier aux dix-neuvième et vingtième siècles. Refondée par les Espagnols en 1606, elle est restée un site sacré pour les peuples Uru Chipayas, qui venaient parfois de très loin accomplir leurs rituels, en particulier pour la grande fête d’Ito. 
Ces cérémonies ont perduré sous le couvert de la liturgie chrétienne malgré les interdits espagnols au dix-septième siècle. "

Les Uru dont les origines remonteraient à plus de 2500 ans avant JC ont fait comme les peuples de tradition Yoruba déportés dans les Amériques à savoir les communautés mawones Quilombola au Brésil et celles de la Santeria à Cuba. 
En effet les Uru ont usé de la même ruse en dissimulant leurs dieux andins derrières les icônes chrétiennes, devenant ainsi des saints. 
La fête d’Ito pour ne périr de la colonisation a été transformée en rituel chrétien, elle est célébrée à la chandeleur, le 2 février et la traditionnelle llama llama, ou diablada, en l’honneur du dieu Uru Tiw est devenue la danse principale du carnaval d’Oruro.

Tous les ans, pendant six jours, ce carnaval colossal donne lieu au déploiement de tout un éventail d’arts populaires s’exprimant à travers les masques, les textiles et les broderies.

"L’événement principal est la procession, ou entrada, où les danseurs parcourent vingt heures durant, sans interruption, les quatre kilomètres que suit la procession. 
Plus de 28 000 danseurs et 10000 musiciens répartis en une cinquantaine de groupes prennent part au cortège qui a su conserver nombre de caractéristiques empruntées aux mystères médiévaux."

Le déclin des activités minières traditionnelles et de l’agriculture et que la désertification du haut plateau andin sont des menaces pesant sur population d’Oruro, provoquant une émigration massive. En effet ricochet l’urbanisation a généré des phénomènes d’acculturation aux rites ancestraux, creusant un fossé entre les générations. 
Le carnaval néanmoins continu à faire le lien et perpétuer les traditions.

Mais cette année 2018 au premier jour des festivités un drame est survenu faisant 21 morts et 72 blessées dans plusieurs incidents le samedi 10 février, à Oruro (Sud-Est).
Dans l’accident le plus grave, l’explosion d’une bonbonne de gaz a fait huit morts et 47 blessés.

Emmanuelle Bramban (14-02-2018)