mardi, septembre 27, 2016

C’est arrivé aujourd’hui !… 27 Septembre

Le Président Jean-Bertrand Aristide et le Général Raoul Cédras en arrière-plan, le 27 septembre 1991

27 Septembre 1991. Discours du président Jean-Bertrand Aristide faisant l’apologie du Pè Lebrun
Revenant de New York où il avait prononcé un discours devant la 46ème Assemblée Générale, le président exhorta ses partisans à être vigilants et utilisant le cas échéant «l’instrument», se référant au "Pè Lebrun". 

Le président Jean-Bertarnd Aristide se sachant à la merci d’un coup d’état prononce un discours pour mobiliser ses partisans, dans lequel il fait l’apologie du supplice du collier couramment appelé "Pè Lebrun" (Père Lebrun). Propos qui sont considérés comme une menace contre ses adversaires. (Les commerçants, la bourgeoisie, les politiciens et les anciens duvaliéristes).


27 Septembre 1843: Un arrêté du gouvernement provisoire dirigé par Hérard ferme les ports de la partie orientale de l’île
«Cette mesure devait provoquer une vive irritation et une aigreur générale au milieu de la population hispano-haitiennes» de la partie de l’Est.

dimanche, septembre 25, 2016

Le "gentil" Code Noir du bon temps des colonies


Après la "gentille" colonisation de M. Fillon, voici que l'Express présente le "gentil" Code Noir. On y lit, entre autres interprétations idéologiques (sans parler des erreurs historiques, notamment sur le fait que la France a bien admis des esclaves des colonies sur son sol, cf plus bas) que : "c'est pour ménager cette main d'oeuvre, au fort taux de mortalité, que Colbert fait promulguer, en 1685, le fameux Code noir".

Quelques remarques : 
La première est que "malgré le code noir" le taux de mortalité n'a pas baissé et qu'il faut attendre les années 1800 pour la Martinique pour que l'accroissement naturel commence à être positif (les naissances dépassant les décès), à Saint-Domingue, seuls les captifs de traite ont permis le maintien et le développement de la population esclave; 
que cette mortalité a empêché la stabilisation de familles, 
que la violence extrême est restée d'usage courant.

Le Code noir n'aurait-il donc pas atteint ces objectifs de "protection"?

Soulignons que l’argument de "protection de la population esclave" va de pair avec l’argument qui présente l’esclavage comme une simple relation économique (« protégeons la main d’oeuvre pour qu’elle puisse produire »). C’est oublier un peu vite la violence extrême, la racialisation qui se construit dans les colonies, la hiérarchie statutaire selon la couleur (les Noirs libres ont toujours eu à prouver qu’ils étaient libres car le statut « normal » pour un « Noir » dans les colonies étaient d’être un "esclave »), c’est oublier encore la « chosification » de l’être humain dans les sociétés esclavagistes (qui n’a rien à voir avec l’analyse marxiste du prolétariat).

Il est nécessaire de sortir de tous ces salmigondis autour de l’histoire de l’esclavage! La recherche de « véridicité » dont se réclament certains n’autorise pas à dire n’importe quoi!

Un document historique :

DECLARATION DU ROI, POUR LA POLICE DES NOIRS. Donnée à Versailles le 9 Août 1777. Registrée en Parlement le vingt-sept Août 1777. 

Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France e[t] de Navarre : 
A tous ceux qui ces présentes Lettres verront : Salut. Par nos Lettres Patentes du trois septembre dernier, Nous avons ordonné qu'il seroit sursis au jugement de toutes causes ou procès concernant l'état des Noirs de l'un e[t] de l'autre sexe, que les Habitans de nos Colonies ont amenés avec eux en France pour leur service ; 

Nous sommes informé aujourd'hui, que le nombre des Noirs s'y est tellement multiplié, par la facilité de la communication de l'Amérique avec la France, qu'on enlève journellement aux Colonies cette portion d'hommes la plus nécessaire pour la culture de terres, en même temps que leur séjour dans les Villes de notre Royaume, surtout dans la Capitale, y cause les plus grands désordres ; e[t] lorsqu'ils retournent dans les Colonies, ils y portent l'esprit d'indépendance e[t] d'indocilité e[t] deviennent plus nuisibles qu'utiles. 

Il Nous a donc paru qu'il étoit de notre sagesse de déférer aux sollicitations des Habitans de nos Colonies, en défendant l'entrée de notre Royaume à tous les Noirs, 

Nous voulons bien cependant ne pas priver ceux desdits Habitans, que leurs affaires appèlent en France, du secours d'un Domestique Noir pour les servir pendant la traversée, à la charge toutefois que lesdits Domestiques ne pourront sortir du Port où ils auront été débarqués, que pour retourner dans la Colonie d'où ils auront été amenés. 

Nous pourvoirons aussi à l'état des Domestiques Noirs qui sont actuellement en France.

Enfin, nous concilierons, par toutes ces dispositions, le bien général de nos Colonies, l'intérêt particulier de leurs Habitants, e[t] la protection que nous devons à la conservation des moeurs e[t] du bon ordre dans notre Royaume.

Myriam Cottias

samedi, septembre 24, 2016

C’est arrivé aujourd’hui !… :24 Septembre


24 Septembre 1994.- Premier incident grave depuis le deuxième débarquement des Américains en Haiti, le 19 Septembre 1994:
Dix Haïtiens sont tués par des Marines au Cap-Haïtien. On prétend qu’ils étaient armés.

24 Septembre 1996.- Haiti signe le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires
Haiti fut l’un des premiers membres à signer ce traité adopté à la 50ème session des Nations-Unies, le 10 septembre 1996 par sa résolution A-RES-50-245.

vendredi, septembre 23, 2016

C’est arrivé aujourd’hui !… :22 Septembre


22 Septembre 1957.- Elections devant porter le Dr. François Duvalier à la présidence
Préparées par la junte militaire dirigée par le général Antonio Kébreau, ces élections présidentielles et législatives devinrent surtout, à la suite du retrait de Clément Jumelle, ancien ministre des finances du gouvernement de Magloire, un affrontement entre les deux candidats présidentiels représentant les deux sphères sociales d’Haiti: le Dr. François Duvalier, un médecin, ancien ministre du travail du président Estimé, et Louis Déjoie, un industriel et ancien sénateur de la République.

Duvalier se vit attribuer la victoire quelques jours plus tard. Cette élection mit fin à une période d’instabilité qui durait depuis le mois de décembre 1956 c’est-à-dire après le départ du pouvoir, de Paul Eugène Magloire. 

Les Haitiens âgés d’au moins 21 ans étaient également appelés à choisir les 21 sénateurs et 37 députés qui devaient former l’assemblée nationale.

22 Septembre 1793.- Proclamation solennelle à Port-au-Prince de l’Acte de l’émancipation des esclaves
Une initiative prise par le commissaire Sonthonax dans le Nord et qui avait demandé à Polvérel, son collègue de l’Ouest d’en faire autant. Ce dernier ne s’était pas montré trop enthousiaste à l’idée et aurait préféré une liberté progressive. Il dut toutefois se résigner à suivre les consignes de Sonthonax après avoir assisté aux manifestations de mécontentement des esclaves de la ville de Saint Marc.

22 Septembre 1811.- Prestation de serment du général Jérôme Maximilien Borgella comme président du Conseil départemental du Sud
Élu la veille par l’Assemblée départementale du Sud, le général Borgella prêta le serment d’usage avant de se rendre à l’église pour un Te Deum et s’adresse au peuple (« Discours » in Madiou, Thomas. Histoire d’Haiti. Tome V: 1811-1818. Port-au-Prince : Imprimerie Henri Deschamps, 1988; pp. 34-35) Borgella fera des ouvertures à Alexandre Pétion en vue de la réunification des Département de l’Ouest et du Sud.

22 Septembre 1998.- Le cyclone Georges frappe Haiti
Après le passage de ce cyclone, un rapport de l’Office de la Protection Civile fit mention de 27 décès, 29 blessés, et 9 personnes portées disparues. Les dégâts provinrent surtout des inondations.

mercredi, septembre 21, 2016

C’est arrivé aujourd’hui !… :21 Septembre


21 Septembre 1811.- Le général Jérôme Maximilien Borgella élu président du Conseil départemental du Sud
Le général André Rigaud mort, « des intrigues commencèrent pour l’élection de son successeur , 16 membres de l’assemblée départementale du Sud se réunirent dans la maison du défunt général pour élire ce successeur. Le général Borgella recueillit 12 voix.

21 Septembre 1868: Le général Michel Domingue fonda l’État Septentrional
Ayant pour capitale, Les Cayes, cet état comprend toute la presqu’île du Sud. Moins épars que celui créé par Nissage dans le Nord, il est beaucoup mieux organisé avec un cabinet et un organe officiel « La Voix du Peuple ».

Dans le cabinet on retrouve les personnalités suivantes:
.- Septimus Rameau: Finances et commerce
.- Linstant Pradines: Justice, cultes et instruction publique
.- Pierre Momplaisir Pierre: La guerre
.- David Fils-Aimé: Intérieur et agriculture.

21 Septembre 1977. Adhésion d’Haiti à la Convention Inter-Américaine sur les Droits de l’Homme
Adoptée à San José du Costa Rica, le 22 novembre 1969, à la Conférence spécialisée inter-américaine sur les droits de l’homme, elle n’entra en vigueur que le 18 juillet 1978. Haiti la ratifia plus de 21 ans plus tard. Voici donc le texte de l’organisation hémisphérique entérinant cette ratification:
« Le Président d´Haïti [Jean-Claude Duvalier], par l’instrument daté du 14 septembre 1977, a ratifié, conformément à l’article 93 de la Constitution nationale dudit État, la Convention américaine relative aux droits de l’homme, en promettant de la respecter sans aucune violation. »

mardi, septembre 20, 2016

C’est arrivé aujourd’hui !… :20 Septembre


20 Septembre 1697.- Première signature du traité de Ryswick
En Europe, la signature du Traité de Ryswick met fin à la guerre de la Ligue d’Augsbourg et règle la partition de l’île d’Hispaniola entre l’Espagne et la France. Le tiers occidental, occupé par les Français, devient Saint-Domingue et la partie orientale reste espagnola sous la dénomination de La Audiencia de Santo Domingo. Ce partage marque le début de l’existence de deux Etats sur le territoire de l’île, situation qui existe encore à ce jour. Saint-Domingue est devenu Haïti et la Audiencia de Santo Domingo la République Dominicaine. Une deuxième signature eut lieu le 30 octobre de la même année entre la France et l’empereur Léopold Ier.

20 Septembre 1734.- Un incendie détruisit le ville du Cap-Haïtien
Dans la nuit du 20 Septembre 1734, un incendie qui éclata dans le quartier de commerce et qui dura jusqu’au petit matin du 21 septembre détruisit la moitié de la ville causant des pertes de plusieurs millions.

Les habitants (esclaves et colons) rivalisèrent de courage pour sauver la ville et ce, sans le secours des marins du vaisseau « La Charente » commandé par le capitaine de Vaudreuil et qui se trouvait mouiller dans la rade.

20 Septembre 1849. Promulgation de la Constitution impériale (second empire)
Cette constitution fait du président Faustin Soulouque Empereur d’Haiti sous le nom de Faustin 1er et de la République d’Haiti, l’empire d’Haiti. Elle proclama la « dignité impériale héréditaire dans la descendance directe, naturelle et légitime, de l’Empereur, de mâle en mâle, par ordre de progéniture », et la personne de l’Empereur « inviolable et sacrée, ». Elle donne une certaine constitutionnalité à la noblesse créée par la suite par l’empereur Faustin 1er…

lundi, septembre 19, 2016

C’est arrivé aujourd’hui !… : 19 Septembre


19 Septembre 1793. Les troupes anglaises, à l’invitation des colons français débarquèrent à Jérémie
Les Français de la Grande Anse effrayés par la prépondérance sans cesse accrue des mulâtres des autres parties de la colonie de Saint Domingue et profitant de leur victoire sur Légion d’Égalité à Pestel (19 juin 1793) demandèrent la protection de l’Angleterre alors en guerre avec la France. Ils formalisèrent cette demande le 3 septembre 1793 à la Jamaïque. A leur débarquement à Jérémie, ils furent accueillis aux cris de “Vive le roi Georges”.
Cet acte de trahison transforma Saint-Domingue en un des théâtres de la Guerre entre la France et l’Angleterre.

19 Septembre 1868: Tentative de scission du territoire par le général Nissage Saget
Ce dernier, s’opposant à la politique du président Sylvain Salnave, fonda l’État Septentrional. Les département du Nord, du Nord-Ouest et de l’Artibonite firent partie de ce nouvel état belligerant. Leurs chef-lieux (Cap-Haitien, Port-de-Paix et Les Gonaïves) restèrent toutefois fidèles au gouvernement central.
Deux jours plus tard, un autre général, Michel domingue, créa son propre gouvernement dans le Sud.

19 Septembre 1959.- Duvalier veut les pleins pouvoirs et en fit la demande au parlement
Six senateurs s’opposa à cette requête. Ils furent immédiatement accusés de crime de haute trahison et de complot contre la sûrete de l’État. Cinq d’entre eux gagnèrent l’exil. Le pasteurYvon Emmanuel Moreau, membre du grand corps, arrêté ne laissa aucune trace.

19 Septembre 1994.- Les Américains redébarquent
Débarquement d’un premier contingent Américain en Haiti dans le cadre du mouvement de restauration de Jean Bertrand Aristide au pouvoir. Ce dernier élu le 16 décembre 1990 et assermenté le 7 février suivant, avait été renversé, à la suite d’un coup d’état militaire le 30 septembre 1991